Séminaires 2022-23

♦  JEUDI 20 OCTOBRE  ♦

17h-18h30 – séance en français, modérée par Daniela Ginsburg (enregistrée) 

♦ Loïs CRÉMIER (Université du Québec à Montréal): « Les pratiques de genrement trans et non-binaires au prisme de la traduction »

Cette présentation vise à mettre en lumière des dynamiques de traduction interlinguistique et intersémiotique dans le processus de normalisation de pratiques linguistiques dites inclusives, à commencer par celles qui sont issues de savoirs trans sur le genre (pronoms épicènes, néologismes et autres pratiques de genrement). Dans le contexte québécois francophone, comment des équivalences émergent-elles (par exemple, entre they et iel ou entre nonbinary et non-binaire) et quelles sont les notions du genre et de la langue mobilisées dans ces transferts ? Ces questions seront posées à un corpus de guides de rédaction inclusive québécois parus entre 2016 et 2021.

Loïs Crémier rédige une thèse de doctorat en sémiologie avec concentration en études féministes à l’Université du Québec à Montréal (dépôt prévu à l’été 2022). Sa thèse propose une lecture sémiopragmatique de la mise en relation des théories du genre avec les pratiques émergentes de rédaction inclusive au Québec francophone des années 2010. Récemment, iel a contribué à l’ouvrage Jeunes trans et non binaires : de l’accompagnement à l’affirmation (Les Éditions du Remue-Ménage, 2021) et à plusieurs publications pédagogiques sur les enjeux trans pour des organisations comme le Réseau québécois d’études féministes (RéQEF), l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF, UQAM) et le Conseil québécois LGBT.

♦ Corinne OSTER (Université de Lille): « Les subalternes de Spivak au prisme du genre : “Can the Subaltern Speak?” en traduction »

L’édition française est réputée conservatrice. Pourtant, plusieurs maisons et collections n’hésitent plus à publier des traductions qui laissent s’exprimer de nouvelles voix et à laisser leurs traducteur·ices et auteur·ices expérimenter avec la langue. On voit apparaître, dans ce contexte, de nouveaux usages, parfois visibles, parfois plus imperceptibles, d’une écriture qui joue avec le genre pour négocier une plus juste représentation des minorités concernées.
Cette présentation étudie la retraduction par Jérôme Vidal d’un des textes fondamentaux de Gayatri Spivak, “Can the Subaltern Speak ?”. Publié en anglais en 1988, ce classique des études postcoloniales a fait l’objet en France de deux traductions successives (en 1999 et 2009), dans lesquelles le titre de chaque traduction suggère un traitement différent du masculin et du féminin. On se demandera en particulier s’il est possible d’avancer que la traduction de Vidal fait un usage subtil du “féminin générique” pour rendre compte du propos de Spivak.

Titulaire d’un Ph.D. en littérature comparée (University of Massachusetts Amherst) et d’une agrégation d’anglais, Corinne Oster est maîtresse de conférences HDR en traduction et traductologie à l’université de Lille. Elle enseigne principalement au sein du Master de traduction professionnelle MéLexTra (théorie de la traduction, traduction audiovisuelle), dont elle est co-responsable. Ses intérêts portent sur les politiques de traduction, et plus récemment sur les problématiques de genre en traduction. Elle a co-édité avec Giuditta Caliendo le volume : Traduire la criminalité : Perspectives traductologiques et discursives (2020, Presses Universitaires du Septentrion, et sa traduction et édition critique de l’ouvrage de Sherry Simon, Gender in translation sera publiée en 2023 aux Presses de l’université d’Artois.

________________________________

♦  JEUDI 8 DÉCEMBRE  ♦

18h-19h – séance en français (enregistrée)

♦ Julie LOISON-CHARLES (Université de Lille): « La non-binarité en traduction audiovisuelle : le pronom « they » dans quelques séries contemporaines »

Certaines personnes ne se reconnaissant pas dans les critères de genre « traditionnels » tels que « masculin » ou « féminin », on observe en anglais comme en français une demande pour une plus grande représentativité dans le langage et ce afin de reconnaître les personnes non-binaires. Les anglophones semblent partir avec un avantage : en effet, le pronom « they » était déjà utilisé quand le genre du sujet était inconnu. La langue française, elle, a notamment créé un mot-valise, « iel », qui comme on le sait a provoqué quelques remous, notamment lors de son introduction dans la version en ligne du Robert. 

Dans ma communication, je m’intéresserai à des cas concrets d’emplois du pronom « they » pour étudier comment les adaptateurs et adaptatrices (en doublage comme en sous-titrage) ont traduit ce pronom en français, et ce afin de proposer un ensemble de stratégies pour les traductrices et traducteurs confronté.es au pronom « they ».  

Je commencerai par évoquer les cas que j’ai rencontrés où le pronom « they » est employé par un personnage qui cache délibérément le genre de la personne avec qui il ou elle sort (Sex Education et Crazy Ex-Girlfriend). Dans les exemples que je montrerai, aucune personne n’est non-binaire, mais les stratégies linguistiques employées en anglais et les stratégies de traduction en français sont des pistes à suivre, voire à reprendre, dans un contexte non-binaire. Ensuite, je montrerai des extraits de trois séries mettant en scène des personnages non-binaires : One Day at a Time, Sex Education et Star Trek: Discovery. Dans certaines scènes, iels demandent à ce que l’on emploie un pronom neutre pour les désigner, et l’on voit donc le pronom qui est introduit, voire expliqué ; dans d’autres scènes, les pronoms neutres sont réemployés en la présence ou l’absence des personnes qu’ils désignent et les stratégies nous éclaireront sur ce qui marche bien ou ce qui, au contraire, est discutable. 

Finalement, je reprendrai ces stratégies dans leur diversité pour préconiser non pas l’uniformité mais l’hétérogénéité en traduction. Pour ce faire, je m’appuierai sur les écrits de Lawrence Venuti (en particulier The Scandals of Translation), mais aussi sur le livre de Noémie Grunenwald, Traduire en féministe/s. En conclusion, j’évoquerai une question corollaire : quand le genre n’est pas arrêté, comment inscrire en français cette fluidité à l’écrit ? Pour cela, je présenterai quelques exemples de l’emploi du point médian dans le sous-titrage de And Just Like That, la suite de Sex and the City

Julie Loison-Charles est maîtresse de conférences en études anglophones et traductologie à l’Université de Lille. Ses deux derniers livres traitent de la traduction de textes ou d’auteurs multilingues : l’un porte sur les mots français dans les séries en anglais et leur doublage en français, il a été publié chez Artois Presses Université en octobre 2022 ; et l’autre, qui sortira en décembre 2022 chez Bloomsbury UK, étudie Nabokov en tant qu’auteur-traducteur. Elle a également co-écrit un manuel pour améliorer son anglais grâce aux séries avec sa collègue Lucie de Carvalho, sorti en 2021 chez De Boecke.

________________________________

♦  JEUDI 19 JANVIER  ♦

17h-18h30 – séance en français. Inscription ICI

♦ Luisa MONTES VILLAR : « Écrire et traduire les voix migrantes de la communauté hispanique installée en France. Les expressions du frañol et sa traduction dans les romans Hendaye (Eymar, 2013) et Pas pleurer (Lydie Salvayre, 2014) »

Bien que l’hétérolinguisme littéraire (Grutman, 1997) soit un phénomène ancien dans la littérature européenne (Elwert, 1960 ; Combe, 1995 ; Grutman, 1997, 2002 ; Steiner, 2002 ; Lawson-Hellu, 2005, 2011 ; Lagarde, 2007 ; Eymar, 2011 ; Yllera, 2014), sa reconnaissance et sa visibilité ont été irrégulières en fonction des goûts et des sensibilités de chaque époque. La coexistence de différentes langues ou variantes dans l’espace textuel a, généralement, une incidence directe sur la notion de langue standard en tant que “modèle idéalisé de la langue” (Klikenberg : 1999) et permet aux groupes linguistiques minoritaires et/ou minorisés d’émerger à travers le texte écrit. C’est le cas du groupe de migrants et d’exilés d’origine hispanique installés en France. À travers ce que certains auteurs ont appelé le frañol, des romans comme Hendaye de Marcos Eymar (2013) ou Pas pleurer de Lydie Salvayre (2014) font remonter à la surface, par la langue française, une interlangue connotée qui identifie des personnages se trouvant à la frontière linguistique de l’espagnol et du français.

Ce phénomène met en évidence les rapports de force et d’inégalité entre les locuteurs et invite à repenser un pacte de lecture dans lequel la compréhension totale du texte n’est pas garantie (du moins à première vue) : l’opacité et les zones d’ombre altèrent la lisibilité du texte et impliquent une attitude qui éloigne l’interlocuteur de la “easy readibility” (Venuti, 3 : 1998). Enfin, ces textes dans lesquels il n’y a pas une seule langue d’origine dans sa variante standard mais un amalgame fondateur de langues et de variantes impliquent, comme on le développera, une rupture avec la conception duale de la traduction.

Dans notre intervention, nous analyserons les cas d’hétérolinguisme littéraire dans les œuvres mentionnées ainsi que les stratégies de traduction déployées pour rendre compte de cet imaginaire polyglotte présent dans le texte original. 

Diplômée en Traduction et Interprétation et Docteure en Langue et Littérature françaises, Luisa MONTES VILLAR enseigne au Département de Filología Francesa de l’Université de Grenade (Espagne). Ses dernières publications portent sur la créolisation linguistique ainsi que sur l’hétérolinguime littéraire et sa traduction dans les œuvres de l’exil et la migrance. Elle est membre du groupe de recherche HUM 733 de Filología Francesa, de l’AFUE (Asociación de Francesistas de la universidad española) et du Réseau interuniversitaire en linguistique appliquée E-GRAPHELES (dont elle a été responsable de 2017 à 2018). Depuis 2020, elle dirige un axe de recherche sur multilinguisme et interculturalité dans l’enseignement/apprentissage des langues étrangères.

________________________________

♦  JEUDI 16 FÉVRIER  ♦

17h-18h30 – session in English, chaired by Claire Hélie — the session was not recorded.

Slides presented by Karin BOSSHARD, article by Enza DE FRANCISCI

♦ Karin BOSSHARD (University of Edinburgh): “Translating heteroglossia in contemporary Scottish fiction – exploring the use of target language dialects as a translation strategy in the case of Ian Stephen’s A Book of Death and Fish

Ian Stephen’s novel A Book of Death and Fish (2014), set on the Isle of Lewis in the Outer Hebrides, presents an idiosyncratic blend of languages and linguistic varieties: colloquial Scottish English, Hebridean dialect, Gaelic and dialects of Scots. My presentation investigates the particular case of North-east Scots (or Doric) in the text and the challenges and opportunities it poses for a translation which seeks to recreate the novel’s heteroglossia. Of the strategies available to translators when dealing with such linguistic variation in a text, using regional dialects of the target language has often been viewed most critically, by practitioners and theorists of translation alike. Criticism centres on the (un)translatability of regional dialects, the perceived risk of introducing stereotypes and the tensions arising from ties between language and place. Discussing a short extract from A Book of Death and Fish and my German translation, I will address these challenges from a theoretical and practical perspective, seeking to counter some of the arguments against dialect-to-dialect translation. I am hoping to demonstrate how regional dialects, in this case a Swiss German dialect, can help retain the complex linguistic diversity, its narrative function and aesthetic force in translation. [No knowledge of German required, back translations provided]

Karin Bosshard is currently finishing her PhD in Translation Studies at the University of Edinburgh.  In her thesis, she explores literary heteroglossia in contemporary Scottish prose fiction and its translation. With its iterative practice-based methodology, Karin’s thesis also aims to shed new light on the role of the translator-researcher and the function of translation practice as a research tool. Karin is also a freelance translator, working from English and French into German, and a part-time teaching fellow in Translation Studies at the University of Edinburgh.

♦ Enza DE FRANCISCI (University of Glasgow): “Translating Southern Italian Voices at the National Theatre (London)”

In broad terms, my contribution aligns itself with the network’s prime concern with minority languages and voices, particularly the translation and reception of southern Italian dialects on the UK stage. I take as my case studies the recent productions of Luigi Pirandello’s Sicilian Liolà and Elena Ferrante’s Neapolitan My Brilliant Friend at the National Theatre. In 2013 the National Theatre produced Pirandello’s Liolà (1916) in a new version by Tanya Ronder, directed by Richard Eyre. As a nod to staging minority performance cultures in a non-standard variety, the play was performed by a cast employing a mix of Irish accents. In employing an Irish cast, what was being translated was not just Pirandello’s play from one language to another, but the concept of ‘Sicilian-ness’ as a kind of ‘Irish-ness’. Tying in with this ‘nod’ to staging minority performance cultures at the National Theatre was April De Angelis’s dramatisation of My Brilliant Friend, which opened in 2019. Just as Liolà, My Brilliant Friend was produced using a number of Anglophone dialects or regional accents to infer the ‘Neapolitan-ness’ of Ferrante’s novels (2011-2014). Drawing from my collaboration with the National Theatre (assisting with the translation of Liolà and conducting a series of interviews with De Angelis), I examine how southern Italian dialects have been altered suit the taste of its Anglophone theatre audiences and what message the National Theatre is sending about the way in which the plays and the use of non-standard languages are being translated on the UK stage today.

This session focusses on the translation and reception of southern Italian dialects on the UK stage, taking as its case studies the recent productions of Luigi Pirandello’s Sicilian Liolà (2013) and Elena Ferrante’s Neapolitan My Brilliant Friend (2020) at the National Theatre in London. As a ‘nod’ to staging minority performance cultures, both plays were produced using Anglophone dialects or regional accents to infer the ‘Sicilian-ness’ and ‘Neapolitan-ness’ of the respective works. This session examines how the southern Italian dialects were altered to suit the tastes of their Anglophone theatre audiences and what message the National Theatre is sending about the way in which the plays and the use of non-standard languages are being translated in the UK today.

Enza De Francisci is Senior Lecturer in Translation Studies at University of Glasgow and Programme Director of the Glasgow-Nankai (China) Translation Studies double-degree. She has published widely on theatre translation, performance history, and dialect literature. Recent publications include her monograph, A “New” Woman in Verga and Pirandello: From Page to Stage (2018); her co-edited volume Shakespeare and Italy: Transnational Exchange from the Early Modern Period to the Present (2017); and her co-edited special issues in the PSA: The Journal of the Pirandello Society of America (2020) and Translation Studies (2022). Radio broadcasts on the BBC World Service (The Forum) include ‘Luigi Pirandello: The Italian Dramatist Who Brought Chaos to the Stage’ and ‘Eleonora Duse: The First Great Modern Actress’.

________________________________

♦  JEUDI 16 MARS  ♦

Enregistrement de la présentaton du projet.

♦ Shira ABRAMOVICH (Brown University) & Lénaïg CARIOU (Université Paris 8 / ENS): « Le Rich oubli : Traduire la poésie d’Adrienne Rich en France aujourd’hui ». Présentation du projet de traduction suivi d’un atelier 

À l’heure où l’œuvre poétique d’Audre Lorde est en train d’être traduite en français, il n’existe pourtant encore aucune traduction française d’un recueil de poésie de son acolyte et poète : Adrienne Rich. Comment expliquer, alors que beaucoup de ses essais théoriques ont fait l’objet d’une traduction française, il y a des années déjà, et que son œuvre poétique a été traduite dans de nombreuses langues, que son œuvre poétique est restée largement inédite en français ? En nous appuyant sur la thèse de Charlotte Blanchard sur les traductions de Rich et sur notre propre expérience de traductrices, nous proposons de revenir ensemble sur le “cas Rich” à l’occasion de la traduction de son premier recueil complet en français, The Dream of a Common Language.

L’expérience de traduction de ce recueil rejoint plusieurs de préoccupations de ce séminaire, dont :

  • la question de la traduction des voix minoritaires : nous avons volontairement choisi le recueil de Rich qui acte en poésie son coming out, le premier où elle chante son amour pour les femmes, notamment dans la section centrale, “Twenty-One Love Poems”, comme premier recueil entier de Rich à paraître en français ; nous reviendrons sur ce choix et sur l’étrange situation inédite jusqu’alors de son œuvre poétique en français ;
  • la question de la traduction collective : cette traduction à paraître a été élaborée à deux traductrices, anglophone et francophone ; elle a par ailleurs été initiée par deux membres du collectif de traduction queerféministe Connexion Limitée / Limited Connection. Nous reviendrons également sur le parti pris de traduction collective et engagée, à l’origine de ce projet.

La séance se déroulera en deux temps : dans une première partie, nous présenterons la situation éditoriale de l’oeuvre de Rich en France, puis rendrons compte de notre travail de traduction sur The Dream of a Common Language ; nous soumettrons ensuite au groupe quelques passages à traduire en petit groupe sous forme d’atelier, afin de s’interroger ensemble sur les spécificités de cette traduction, et notamment les enjeux liés à la traduction du genre dans ce recueil. 

Shira Abramovich est traductrice, informaticienne et poète, diplômée de l’Université de Brown, aux Etats-Unis, où elle a étudié les points d’intersection entre les langues et les langages écrits, et l’informatique. Elle a co-fondé le collectif Connexion Limitée / Limited Connection avec Lénaïg Cariou, Camille Blanc et Nadia Wolff en 2019. Ses poèmes sont parus, notamment, dans Kernel Magazine et The Adroit Journal. Son oeuvre poétique a également reçu les prix Claudia Ann Seaman et Edwin M. Honig.

Lénaïg Cariou est chercheuse, traductrice et poète. Elle prépare actuellement une thèse en poésie contemporaine à l’Université Paris 8 sur la maison d’édition Orange Export Limited. Initiatrice du Festival Poet.e.s.s.e.s (Paris, mai 2021) et co-directrice de la revue Point de chute, elle a co-fondé en 2019 le collectif de traduction Connexion Limitée / Limited Connection avec lequel elle traduit de la poésie etatsunienne en français ; leur traduction de Monica de la Torre, The Happy End / Bienvenue à tous, est parue aux éditions Joca Seria en juin 2022, et leur traduction d’Eleni Sikelianos paraît en novembre 2022 aux éditions L’usage. Ses poèmes paraissent en revues.

Site du collectif Connexion Limitée / Limited Connection : https://connexionlimitee.github.io/fr

________________________________

♦  JEUDI 22 JUIN  ♦

17h-18h30 – séance en français. Inscription ICI

♦ Marian PANCHÓN HIDALGO (Universidad de Granada): « Censure et retraduction en espagnol de Raymonde Vincent, lauréate du prix Femina (1937) »

Nous nous proposons dans cette intervention de présenter et d’analyser certains extraits de Campagne, écrit par Raymonde Vincent (1908-1985) et qui a remporté le prix Femina en 1937. Ce roman a été traduit et publié en Espagne en 1942, bien qu’il ait été partiellement censuré par l’appareil franquiste de l’époque. Notre objectif est donc de le récupérer/réhabiliter. Le terme « recovery » (« récupération » / « réhabilitation »), l’une des stratégies féministes de traduction présentées par Massardier-Kenney (1997), consiste à sauver des œuvres rédigées par des écrivaines qui ont été (ou sont encore) exclues du canon. Notre but est d’utiliser cette stratégie de traduction pour récupérer les textes des autrices qui ont été totalement ou partiellement censurées pendant la dictature franquiste (1939-1975) et dont les livres sont toujours censurés ou restent inédits en Espagne. La possibilité de les récupérer contribuera à accroître l’intérêt pour ces autrices dans notre société et permettra ainsi de développer une véritable historiographie des œuvres écrites par des femmes (von Flotow, 2011 ; Godayol, 2020). Au cours de cette présentation, nous réfléchirons aux types d’ouvrages qui ont été censurés et aux raisons de cette censure, en nous appuyant sur les critères déjà développés par Abellán (1980). Les dossiers de censure de l’époque franquiste se trouvent à l’Archivo General de la Administración (AGA), à Alcalá de Henares.

Bibliographie :

– Abellán, Manuel L. (1980) Censura y creación literaria en España (1939-1976). Barcelona : Península.

– Flotow, Luise von (2011) Translating Women. Ottawa: University of Ottawa Press.

– Godayol, Pilar (2020) Censorship and women writers in translation. Focus on Spain under Francoism. The Routledge Handbook of Translation, Feminism and Gender. London: Routledge: 147-158.

– Massardier-Kenney, Françoise (1997) “Towards a Redefinition of Feminist Translation Practice.” The Translator 3.1: 55-69.

Marian PANCHÓN HIDALGO est traductrice assermentée (FR-ESP) et docteure en Traductologie de l’Université de Salamanque et de l’Université Toulouse – Jean Jaurès. Elle est enseignante-chercheuse à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de l’Université de Grenade. Elle a également enseigné dans plusieurs universités françaises (Université de Tours, Université de Nîmes, Université de Franche-Comté) et elle a été chercheuse invitée à l’Université Jean Monnet – Saint-Étienne, à l’Université Sorbonne Paris Nord et à l’ENS de Lyon. Elle est membre du laboratoire AVANTI de l’Université de Grenade et chercheuse associée au laboratoire TRACE (Traducción y Censura) de l’Université de León. Ses recherches portent sur la traduction, l'(auto)censure et la réception de la littérature francophone pendant la dictature franquiste (1939-1975). Elle s’intéresse également aux questions liées à la paratraduction et à la retraduction.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search